Photo of Nadine Masshardt sticky tape sticky tape sticky tape
news

Maintenant

Pfeil

Curriculum

„Il y a plus passionnant que mon curriculum“, dit Nadine Masshardt avec un clin d‘œil, „mais j’entrouvre quand même volontiers la porte de ma vie privée“, ainsi la bernoise d’origine, née le 4 octobre 1984 à Affoltern am Albis (ZH). De 4 à 25 ans, la jeune politicienne a habité à Langenthal. Elle y a grandi avec ses deux frères et a suivi le gymnase Oberaargau (maturité en 2003). Depuis lors, Nadine Masshardt a étudié histoire et philosophie et a travaillé dix ans au théâtre de la ville de Langenthal comme placeuse (…avec l’effet secondaire agréable qu’elle a ainsi pu voir de nombreuses représentations). De plus, Nadine Masshardt a donné des cours d’allemand pendant des années et a travaillé à temps partiel dans la section communication d’une entreprise. En tant qu’assistante de programme et collaboratrice scientifique à l’Administration Fédérale des Finances, Nadine Masshardt s’est débattue entre 2010 et 2012 avec les chiffres et a réfléchi sur la manière de diriger l’administration efficacement. Jusqu’ au août 2014, à côté de son engagement politique et bénévole, l’historienne travaillait en tant que cheffe de projet pour une agence de communication à Zurich.

„ Comme enfant j’avais un sens de la justice déjà très prononcé et au gymnase je me suis définitivement politisée“, dit Nadine sur Nadine. Elle discutait avec ses camarades de questions de politique de société ou débattait avec passion avant les votations pendant le cours d’histoire. On peut compter la votation pour l’adhésion à l’ONU ou l’initiative „Oui à l’Europe“. N’ayant pas encore 18 ans, Masshardt ne pouvait pas voter elle-même, mais elle suivait les discussions avec intérêt et s’est d’autant plus réjouis quand la Suisse a adhéré à l’ONU. Nadine Masshardt se rappelle tout particulièrement du 18 mai 2003: la population a voté sur sept initiatives centrales pour l’avenir. Par exemple l’initiative „Sortir du nucléaire – Pour un tournant dans le domaine de l’énergie et pour la désaffectation progressive des centrales nucléaires “ ou „l’initiative pour des places d’apprentissage“.

Le fait que George W. Bush soit devenu président des Etats-Unis a énormément occupé Nadine Masshardt; elle a commencé à s’intéresser toujours plus à la politique internationale. C’est pourquoi Nadine Masshardt a participé avec des amies et des amis à la manifestation à Berne contre la guerre en Irak en 2008. En 2008, elle a finalement pu suivre sur place l’élection du futur président des Etats-Unis, Barak Obama, dans le cadre d’un programme du Departement of State, avec d’autres jeunes politiciennes et politiciens de toute l’Europe : „’Change, we believe in’, j’ai aussi intégré.“

Ayant le droit de vote et d’élire, Nadine Masshardt a adhéré au PS en 2003 – peu après suivie par son père. Pierre Aubert, Conseiller fédéral de 1978 à 1987 avait une fois déclaré qu’il avait adhéré au PS parce que rien ne le révoltait plus que l’injustice: „c’était aussi une des raisons principales pour laquelle j’ai adhéré au PS“. De plus, il était crucial pour Nadine Masshardt que le PS s’engage de manière égale pour les humains et la nature.
En janvier 2006, elle a fondé avec des jeunes partageant les mêmes idéaux la JS Oberaargau. Les extrémistes de droite PNOS ont été décisif, un mouvement de jeunes contraire à leurs idées voulait leur être opposé: „à Langenthal il n’y a pas que des extrémistes de droite“, sonnait la devise. En 2008 Masshardt a été deux ans présidente de la JS canton de Berne, depuis lors, elle représente la JS au Comité directeur du PS cantonal.

Avec l’actuel député au Grand conseil Adrian Wüthrich, Nadine Masshardt a réanimé la section régionale de l’ATE en 2006 et s’est engagée pour plus de sécurité sur la route à Aarwangen, contre la bretelle d’autoroute excessivement chère et ainsi pour la conservation d’une zone de villégiature importante. La politique des transports lui tient également à cœur en ville: notamment en tant que présidente de l’association bernoise Läbigi Stadt.

Dans le cadre d’un projet du CSAJ (Conseil Suisse des Activités de Jeunesse), Evi Allemann à l’époque la plus jeune Conseillère nationale, et Nadine Masshardt ont effectué une année de mentoring ensemble en 2004 : „le courant a passé et il en a résulté une année de collaboration couronnée de succès et d’amitié.“

En novembre 2004 Nadine Masshardt a été élue de façon inattendue au Conseil de Ville de Langenthal" – en même temps que son père. Encore pendant la même année, elle a été élue à la commission culturelle locale. En octobre 2008 – lors de son séjour aux USA – Nadine Masshardt a été réélue avec le meilleur résultat et s’est activement engagée jusqu’à son déménagement à Berne.

Le 9 avril 2006, Nadine Masshardt a été la plus jeune élue au Grand Conseil du canton de Berne. Depuis, elle s’y est engagée pour une politique énergétique respectueuse de l’environnement et orientée vers l’avenir, le développement des transports publics, plus de transparence, suffisamment de places d’apprentissage, une meilleure formation politique et une plus grande participation des jeunes. En mars 2010, Masshardt a été réélue pour quatre ans avec un résultat très réjouissant. En 2013, Nadine Masshardt a pris congé du Grand conseil parce qu’elle passe au Conseil national le 4 mars 2013.

En 2007, Nadine Masshardt s’est portée candidate au Conseil national pour la première fois et a atteint le résultat extraordinaire de première des « viennent-ensuite » le 21 octobre 2007. En 2011, ella a de nouveau été sur la première place des « viennent-ensuite ». Elle a été assermentée au Conseil national en tant que successeure de Urusula Wyss, qui a été élue à l’exécutif de la ville de Berne.

La politique de l’environnement est centrale dans l’action politique de Nadine Masshardt. Déjà en 2006 elle était membre du Comité du WWF du canton de Berne, et en 2007 en tant que co-présidente. Par ailleurs, elle s’est engagée pour la révision de la loi cantonale sur l’énergie, pour l’initiative “Berne mise sur les énergies renouvelables” et le contreprojet ainsi que contre la construction d’une nouvelle centrale nucléaire à Mühleberg. Pour plus de biodiversité à Oberaargau, Nadine Masshardt s’est engagée entre 2007 et 2017 comme co-présidente de Smaragdprojekt.

La culture a accompagné Nadine Masshardt durant toute sa vie. Sa grande passion est la danse: „en plus, je lis énormément et vais régulièrement au cinéma ou au théâtre.“

Nadine Masshardt regarde volontiers au delà de la frontière helvétique. Elle s’intéresse aux autres pays et cultures, voyage volontiers en train à travers l’Europe, aime les challenges et le contact personnel avec les autres. C’est pourquoi elle a travaillé deux mois en Espagne en 2003. L’été suivant elle a enseigné à l’école à la montagne sans eau courante ni électricité dans l’Oberland bernois. Lors du réveillon 2006/2007, Nadine Masshardt est allée en Roumanie où elle a pu assister en live à l’élargissement à l’est de l’Union européenne.

Aujourd’hui, Nadine Masshardt vit avec son partenaire et ses deux enfants à Berne et profite de sa vue sur l’Aare et le Gurten lors des journées ensoleillées. „Quand je ne fais pas de politique, travaille ou participe à des activités culturelles, je me trouve par exemple dans le Sattler, le Tingel Kringel, le Wartsaal ou le Volver à Bern avec des amies et des amis ou je fais de la randonnée avec ma famille à Grindelwald.“ Peut-être que Nadine Masshardt est aussi en promenade au bord de l’Aare avec ses enfants Hannah et Lenn ou avec son filleul Eliot. C’est aussi bien possible qu’elle se trouve sur son monocycle, dans une librairie ou dans un café convivial. Si vous voyez Nadine Masshardt, n’hésitez pas à l’aborder: elle prend volontiers du temps pour une conversation.