Photo of Nadine Masshardt sticky tape sticky tape sticky tape
news

Maintenant

Pfeil

Actualités

19 juin 2015

Plus de temps pour la famille pour les pères grâce à plus de travail à temps partiel

De nos jours, pour beaucoup d’hommes il est évident de partager les tâches domestiques et la garde des enfants sur un pied d’égalité avec les femmes. Le monde du travail ne correspond pourtant souvent pas à ces besoins: Une réduction du temps de travail, par exemple de 100 à 80 pourcent n’est souvent pas possible. Les postes à temps partiel pour les hommes restent rares. Depuis 1991, le temps partiel est en hausse. Plus de 50 pourcent des femmes ont un travail à temps partiel. Malgré cela, chez les hommes, ils ne sont pas plus de16 pourcent. Une meilleure intégration des pères aux tâches domestiques aiderait à motiver les jeunes mères – souvent bien éduquées – de rester au monde du travail.
Nadine Masshardt demande ainsi dans une initiative parlementaire que les employé-e-s aient droit à une réduction de leur temps de travail lors de la naissance d’un enfant. Cette règle s’applique depuis 2013 aux employé-e-s de la Confédération – avec succès. Toutes et tous devraient pouvoir en profiter. L’initiative parlementaire de Nadine Masshardt a été signée par plusieurs membres du parlement de partis bourgeois. De plus, également lié à la question de la conciliation de vie professionnelle et vie familiales, la députée bernoise a posé la question suivante au Conseil fédéral: «Comment garder les jeunes femmes vétérinaires sur le marché du travail même après une grossesse?»

18 juin 2015

Nadine Masshardt réclame plus de transparence des membres du parlement

La politique suisse manque de transparence. On le savait bien avant la publication de divers reportages et articles pendant ces derniers mois. Néanmoins, la couverture médiatique a contribué à la prise de conscience de beaucoup de citoyens et citoyennes. Généralement, on constate un besoin de règles claires et l’obligation de déclarer les intérêts. Nadine Masshardt demande dans deux de ces interventions parlementaires d’améliorer la transparence afin de restaurer la confiance du grand public dans la politique. D’une part, la députée bernoise demande que les membres du parlement déclarent de gros dons dans un registre public. Les dons peuvent créer des dépendances qui doivent être rendus publics. Dans nos pays voisins, de telles règles existent, mais pas chez nous en Suisse. D’autre part, les membres du parlement doivent être obligés de payer les frais de voyages de leurs « voyages d’information » eux-mêmes. Ce principe, qui figure dans les recommandations du bureau des Conseils national et des Etats, a donné lieu pendant ces derniers mois à des interprétations différentes. Afin d’éviter de telles discussions à l’avenir, une règle claire doit être fixée dans la Loi sur l’Assemblée fédérale. Cette intervention parlementaire a été co-signé par plusieurs conseillers nationaux bourgeois.

23 janvier 2015

L’éducation à la citoyenneté doit être renforcée

La démocratie dépend de citoyennes et de citoyens bien informés qui s’engagent activement pour la collectivité. Ceci vaut tout spécialement pour la démocratie directe puisque les votants prennent d’innombrables décisions de contenu. Pour la Suisse, il est ainsi particulièrement important que ses citoyennes et ses citoyens soient bien formés politiquement. C’est pourquoi, Nadine Masshardt a déposé deux postulats co-signés par des parlementaires de presque toutes les autres fractions: l’éducation citoyenne en Suisse doit être renforcée et ne doit pas disparaître dans le cadre du programme éducation 21. En effet, c’est justement au niveau national que ce thème reste encore dans l’ombre. D’autres pays tels que l’Allemagne sont bien plus progressistes et disposent d’une centrale pour l’éducation citoyenne au niveau fédéral ainsi que de différentes centrales régionales.
Déjà en tant que Grand conseillère, Nadine Masshardt s’était engagée pour l’amélioration de l’éducation à la citoyenneté au niveau cantonal et avait ainsi pu convaincre une majorité de ses collègues du Grand conseil de promouvoir ce thème dans la formation des enseignantes et des enseignants.

27 novembre 2014

Bulle financière des centrales nucléaires : le contrôle fédéral des finances donne raison aux critiques du PS

Pendant des années, trop peu d’argent a été versé dans les fonds de désaffectation et de gestion des déchets radioactifs – qui fonctionnent comme des caisses de pension pour les centrales nucléaires. Par-là, le prix de l’énergie atomique a été maintenu artificiellement bas et un risque financier pour les contribuables a été créé. Nadine Masshardt et des collègues du Parti ont rendu la bulle financière publique en avril 2013. Par la suite, Nadine Masshardt a également déposé une motion requérant un supplément de sécurité ainsi que des évaluations de coûts plus prudentes. La situation inacceptable a obligé le Conseil fédéral à procéder à des modifications dans l’ordonnance sur le fonds de gestion. La révision minimale n’a absolument pas été à la hauteur du problème. Dans un rapport publié depuis peu, le contrôle fédéral des finances donne raison aux critiques du PS : la Confédération supporte toujours de trop grands risques et les fonds ne sont pas assez indépendants par rapport aux entreprises productrices d’électricité. Pour la Conseillère nationale Nadine Masshardt il est clair que : « il doit être remédié au plus vite aux points identifiés par le contrôle des finances. Si la politique du copinage continue en faveur des exploitants de centrales nucléaires, c’est la collectivité qui en paiera le prix. »

26 novembre 2014

Le Conseil fédéral partage le besoin d’action sur les compétences médiatiques pour lutter contre les discours de haine

A travers une interpellation, la Conseillère nationale Nadine Masshardt demande au Conseil fédéral quelle valeur il accorde à la prévention contre le racisme dans le programme “Jeunes et médias” et comment l’engagement dans ce domaine pourrait être accentué. Dans sa réponse, le Conseil fédéral déclare partager le souci de l’auteure de l’interpellation et décrit les mesures à venir.